quel-parquet-poser-salle-de-bains.jpg

Cliquez pour agrandir

Quel parquet pour la salle de bains ?

Eau et bois sont réputés faire mauvais ménage, et pourtant, on connaît les saunas tout tapissés de bois… Alors profitez aussi dans votre salle de bains de ce matériau noble et chaleureux, et gardez en tête que le bois est vivant : choisissez un bois adapté, et soignez toutes les étapes, de la pose à la finition. Nos conseils pour choisir un parquet pour une salle de bains.

Quelle essence de bois dans la salle de bains ?

Plus d’une centaine d’essences de bois peuvent être utilisées pour le parquet. Elles diffèrent par leur aspect visuel (couleur, cernes…) et leurs propriétés physiques, notamment leurs réactions à l’humidité.

On distingue essentiellement les bois indigènes (acacia, chêne, hêtre, pin…) et les essences exotiques, plus coûteuses mais dont les pores très resserrés font barrage à la pénétration de l’eau : teck, bambou, doussié, merbau, ipé, iroko…Ces dernières sont les plus indiquées pour poser un parquet dans une salle de bains.

Mais certaines essences européennes sont également adaptées aux pièces humides : châtaignier, mélèze, douglas…

Ou alors choisissez un bois traité haute température.

 

 

Parquet salle de bainsQuel type de parquet poser dans la salle de bains ?

Attention aux risques de tuilage avec le parquet : le bois qui gonfle sous l’effet de l’eau.

Le parquet massif est idéal, car constitué d’une seule essence de bois, par opposition au contrecollé qui se compose de plusieurs couches, plus propices aux infiltrations.

On trouve également des revêtements stratifiés, qui savent merveilleusement imiter le bois, adaptés aux pièces humides grâce à un traitement spécifique.

 

 

Quel mode de pose pour un parquet de salle de bains ?

Évitez la pose flottante dans la salle de bains : le parquet étant désolidarisé du sol, et la pièce soumise à de fortes variations thermiques et hygrométriques, l’installation va beaucoup jouer. La pose collée s’impose, car elle assure un maintien global entre parquet et sol ainsi qu’une cohésion de toutes les lames entre elles. Choisissez une colle adaptée, polyuréthane ou autre : vérifiez bien les notices des fabricants.

Du côté de la sous-couche, évitez les dérivés du bois, du type panneaux de fibres. En revanche, le liège, matériau imputrescible, est idéal.

Les revêtements stratifiés sont déjà protégés de par leur fabrication, mais les parquets nécessitent une finition de protection. L’huile (type huile de lin) est le meilleur choix car elle laisse le bois respirer tout en évitant la stagnation de l’eau. Appréciée pour son aspect mat et naturel, elle présente le gros avantage de pénétrer dans les pores du bois et de le traiter en profondeur. À renouveler tous les ans en entretien. Vous pouvez aussi appliquer un saturateur ou bien une peinture à l’eau.

Enfin, dans les pièces humides, les joints de dilatation sont primordiaux, pour pallier les variations dimensionnelles du bois. Vous opterez pour un motif de pose en « pont de bateau », avec des joints particulièrement larges, pour y insérer un joint de mastic.

Et n’oubliez pas la ventilation, essentielle dans toute la maison et plus encore dans les pièces humides !

 

Sur le même sujet

Création Force Interactive 2011